Inscrivez-vous à notre Newsletter

Bureau de location : Arènes d'Arles - Rond-Point des Arènes - B.P. 40042 - 13633 Arles Cedex

Renseignements : 0 891 700 370 (0,225 € TTC/mn)

Féria de Pâques 2017

14 au 17 Avril

Edito

Cliquez sur l'image

pour l'agrandir

Manolete et Arles

 

Âgé de seize ans, Manuel Rodriguez « Manolete » intégra la troupe « Los Califas », et fit ses débuts en France à Arles le samedi 2 juin 1934. Selon les historiens, c’est à cette occasion qu’il revêtit son premier costume de lumières. Le lendemain il se produisit à Nîmes, puis ne revint plus jamais en France pour cause de guerre civile, puis de seconde guerre mondiale. Entre temps, il révolutionna l’art Taurin, s’élevant au rang de mythe et entra au panthéon de la Tauromachie quand le Miura Islero mis fin à sa vie le 28 août 1947 à Linares.

Pour le centenaire de sa naissance et en souvenir de sa présentation dans l’amphithéâtre, Arles lui rend hommage.

Sous le signe de Manolete

 

Manzanares, El Juli, Juan Bautista, Talavante, Ponce, Cayetano, Roca Rey… les plus grands toreros seront à Arles. Ainsi que les nouvelles stars du Rejoneo : Léa Vicens et Leonardo Hernandez.

 

Les Férias d’Arles en ce centenaire de la naissance de Manolete, deviennent le conservatoire d’un art vivant qui ne cesse d’évoluer sans renoncer à ses origines. Tous les toreros contemporains ont intégré l’apport de Manolete, et la dernière génération plus que toute autre, en repoussant les limites du risque, tel Andrés Roca Rey, porte-drapeau d’une jeunesse qui entend s’imposer par son mépris du danger. Le valencien Román en fait également partie, et Alejandro Talavante est la référence obligée pour tous ceux qui veulent innover à partir de la norme classique.

Manzanares offre pour sa part une version artistique du toreo où prédomine la rondeur des trajectoires, à l’image de Juan Bautista, grand triomphateur de la temporada française 2016, ou de Ponce, dont la maestria inégalée explique sa permanence au sommet durant un quart de siècle.

Plus intuitif, Morenito de Aranda torée par touches délicates, tandis que Iván Fandiño tempère la puissance de son toreo d’une douceur subtile.

Thomas Joubert apparaît aujourd’hui comme l’espoir de la tauromachie tricolore.

 

Pour la Féria du Riz, la « Goyesque d’Arles », qui réunira El Juli, Juan Bautista et Cayetano sera une nouvelle fois le grand événement de la temporada française, suivi, le dimanche, par le retour des toros de Miura.

 

A Arles en 2017 se rencontreront toutes les passions Taurines.